PORTRAIT

Amandine Beyer

Violon baroque

Amandine Beyer

LA VIOLONISTE AMANDINE BEYER A SU CONQUÉRIR LES CŒURS AUTANT PAR SES QUALITÉS EXCEPTIONNELLES DE MUSICIENNE QUE PAR SA PERSONNALITÉ CHALEUREUSE ÉMINEMMENT ATTACHANTE. SOLISTE RECHERCHÉE, ELLE EST AUSSI LA FONDATRICE ET CHEF DE GLI INCOGNITI, L’UNE DES FORMATIONS MAJEURES DU CONCERT À L’ANCIENNE. RENCONTRE AVEC UNE ARTISTE ADMIRABLE.

En récital ou à la tête de son ensemble Gli Incogniti, Amandine Beyer déploie un art violonistique qui reflète sa personnalité : l’énergie musicale va de pair avec une humilité digne de louanges face à la partition, sa virtuosité éblouissante sait se faire caressante, avec une beauté sonore devenue proverbiale. Nulle surprise à ce qu’elle se soit imposée dans nombre de répertoires, à commencer par les partitions du « Prete Rosso » qui ont assis la renommée de Gli Incogniti. Au Louvre, la violoniste française et ses complices remettent sur le métier, pour deux concerts les 6 et 7 octobre, les Quatre Saisons dont ils ont signé une version de référence pour le défunt label Zig-Zag Territoires, rééditée sous étiquette Alpha Classics : « Je ne sais pas combien de fois nous avons donné Les Quatre Saisons mais je pense que cela dépasse la centaine de concerts. J’avoue que je ne m’en lasse pas car je ressens toujous le même plaisir à retrouver ces concertos. Vivaldi est un compositeur d’une immense générosité, il offre beaucoup aux interprètes – et donc aux auditeurs. Malgré une réputation méritée de virtuosité diabolique, la musique pour violon de Vivaldi s’avère paradoxalement moins difficile à jouer que d’autres. Je m’explique : son écriture est violonistique dans l’absolu alors qu’un Pisendel écrit avant tout pour sa propre main, ce qui rend ses œuvres très délicates pour les autres violonistes. De son côté, Vivaldi composait pour lui mais aussi pour ses élèves de la Pietà. »

BWV... or not ?

Le nom de Johann Georg Pisendel nous permet d’évoquer la parution prochaine (le 12 octobre) de son nouveau disque chez Harmonia mundi, disque répondant au titre aussi curieux que drôle de BWV... or not?, dont l’objectif est de scruter des partitions, parfois célèbres, hâtivement attribuées au Cantor de Leipzig : « Comme très souvent, nous avons cherché un équilibre entre ce que nous aimions jouer et qui nous allait bien, et l’envie de proposer des partitions peut-être pas inédites mais offrant du moins un intérêt, je dirais, musicologique, le tout devant tout de même garder une certaine cohérence. Nous avons puisé dans notre répertoire : la sonate de Pisendel [ndlr : attribuée à Bach avec le numéro de catalogue BWV 1024], par exemple, ou celle de Goldberg [attribuée à Bach avec le numéro de catalogue BWV 1037] constituent des pièces que nous fréquentons depuis longtemps. Ensuite, nous avons rassemblé autour d’elles des musiques qui puissent les côtoyer. Nous avons ainsi inséré une grande partition de Bach – c’est l’Offrande musicale. Les pièces complètement nouvelles pour nous sont la Fuga BWV 1026 de Bach, si difficile à jouer, et la sonate de Carl Philip Emmanuel Bach ».

L’un des grands mérites de ce disque réside dans l’attention qu’il accorde à des compositeurs injustement négligés, dont les noms feront dresser l’oreille du mélomane : « La sonate de Johann Gottlieb Goldberg est fantastique. À son écoute, on se dit que cet élève de Bach devait être un musicien extraordinaire et on regrette de ne pas avoir plus de musique de sa plume. Je suis amoureuse du deuxième mouvement, une fugue, qui est à la fois complexe et dansante, avec une énergie folle. Globalement, cette sonate est une joie pour des interprètes, avec une gigue finale pétillante comme du champagne ». Goldberg mourut en 1756 à l’âge de vingt-neuf ans et ne demeura pour la postérité « que » le musicien auquel Bach dédia ses célèbres Variations.

L’immense curiosité musicale d’Amandine Beyer trouve régulièrement à s’employer dans le cadre de la Fondation Royaumont, qu’elle retrouve le 30 septembre pour un concert qui s’annonce passionnant. Gli Incogniti entoureront l’une des personnalités musicales les plus inventives de ces dernières décennies, le pianiste, claveciniste et pianofortiste russe Alexei Lubimov, lui-même explorateur inlassable : « Ce sera notre première collaboration, même si je connais Alexei depuis très longtemps. Alexei, c’est un peu l’OVNI venu de Moscou, et je suis très heureuse de donner avec lui ce Concerto pour pianoforte et violon en fa majeur de Haydn, une pièce magnifique avec un merveilleux mouvement lent. Nous donnerons aussi un concerto pour pianoforte du même Haydn, ainsi qu’une symphonie de Richter, compositeur qui n’est pas assez joué, et une autre de Carl Philip Emmanuel, dont la musique est extrêmement difficile à exécuter mais géniale ».

Un « super » Vivaldi

L’amour d’Amandine Beyer pour le deuxième fils de Bach est manifeste, tout comme sa connaissance intime de ce compositeur : « Selon moi, la difficulté avec Carl Philip Emmanuel vient du fait qu’il ne semble guère se soucier de l’instrument pour lequel il écrit. On a l’impression qu’il pense à une chose, la concrétise immédiatement, sans se demander si cela est réalisable. Sa musique s’avère de ce fait totalement débridée, avec des harmonies, des textures et des rythmes d’une fantaisie très spéciale, et cela la rend redoutable à interpréter. Cette difficulté explique peut-être sa rareté dans les programmes de concert. L’erreur principale consiste selon moi à la considérer comme pré-classique et donc de l’aborder sous l’angle du classicisme alors qu’il est beaucoup plus facile de l’appréhender quand on vient du baroque. Mais la situation s’améliore et on la comprend mieux aujourd’hui ».

La liste des compositeurs mésestimés qu’Amandine Beyer défend avec passion se révèle fort longue. On fête cette année le deux cent-cinquantième anniversaire de la mort de Georg Philip Telemann : « Il est presque impossible de proposer sa musique aux programmateurs ou aux maisons de disque. Pourtant, j’ai passé avec sa musique de chambre certains des meilleurs moments de ma carrière de violoniste. Il a tellement d’humour, de recul par rapport à sa propre musique ». Les musiciens du baroque italien ne sont guère mieux lotis et la violoniste française rêve d’offrir à ses admirateurs les œuvres de Pietro Locatelli : « Locatelli, c’est un peu du super Vivaldi car, chez lui, les difficultés que l’on rencontre dans Vivaldi sont poussées à un point extrême. J’adorerais le jouer en public mais pour le moment, je me contente de l’essayer dans ma salle de bain ». Aveu ô combien éloquent, venant de l’une des virtuoses les plus respectées de la scène musicale.

DU TAC AU TAC

Bruit préféré ? 
Le vent dans les feuilles.

Votre compositeur préféré ? 
Toujours celui que je suis en train de travailler, le dernier compositeur dont j’ai joué une œuvre.

L’œuvre que vous auriez voulu créer ? 
Le Sacre du printemps.

Le compositeur que vous avez envie de défendre ? 
Telemann.

La métier que vous auriez voulu faire si vous n’aviez pas été musicienne ? Coiffeuse.

Votre livre de chevet ? 
Un paradigme de 
Jean-François Billeter.

En quoi voudriez-vous vous réincarner ? La boite de violon de

Vivaldi.

 

CD & DVD

 

Johann Sebastian Bach

BWV… or not ?

Œuvres de Bach, Pisendel, Goldberg…

Gli Incogniti

1 CD Harmonia mundi

 

 

Antonio Vivaldi

Concerti à 2 violons

Giuliano Carmignola (violon), 
Gli Incogniti.

1 CD Harmonia mundi

 

 

Antonio Vivaldi

Les Quatre Saisons

Gli Incogniti

1 CD Alpha Classics

N°306
SEPTEMBRE - OCTOBRE 2017

21, rue Bergère
75009 Paris
01 48 24 16 97
contact@cadences.fr

Cadences est le magazine sur l’actualité des concerts de musique classique, opéra, musique baroque, musique contemporaine à Paris et en Ile-de-France diffusé gratuitement chaque mois à 50000 exemplaires aux entrées de concerts et en dépôt dans les lieux fréquentés des mélomanes. Il est aujourd’hui l’outil préféré des mélomanes parisiens avec son agenda des concerts, ses dossiers musicologiques et ses interviews d’artistes.

CALENDRIER

Ce soir

Le week-end prochain

Trouver un concert

ARTICLES

Ce mois-ci

 

ARCHIVES

Consulter un numéro

INFOS PRATIQUES

Quizz du mois !

Accès aux salles

Où trouver Cadences

S'abonner

Recevoir la newsletter

Annoncer un concert

Contactez-nous

Suivez-nous et laissez vos commentaires

 

Mentions légales