BAROQUE

Skip Sempé

fait son festival

Claveciniste, musicologue et chef d’orchestre, Skip Sempé a voué sa carrière à la musique baroque.

LE FESTIVAL TERPSICHORE CONFIRME POUR SA QUATRIÈME ÉDITION SON INVENTIVITÉ. NUL ÉTONNEMENT, SI L’ON SAIT QUE SON DIRECTEUR ARTISTIQUE, SKIP SEMPÉ, DÉPLOIE COMME PROGRAMMATEUR LA MÊME CRÉATIVITÉ QU’IL INSUFFLE À SES INTERPRÉTATIONS SUR CLAVIERS HISTORIQUES.

Si le festival s’installe fréquemment dans plusieurs églises parisiennes, son « cœur historique » selon les propos mêmes de son directeur est incontestablement la magnifique Salle Erard. Ses 180 places imposent évidemment des options particulières : « Pour un festival tel que Terpsichore, avec des salles d’une jauge limitée, le star system – contre lequel je n’ai pas d’a priori –, ne peut pas fonctionner. Capriccio Stravagante et l’Ensemble Masques sont devenus de manière naturelle les piliers du festival mais je me suis aussi intéressé aux ensembles qui ne jouaient pas beaucoup à Paris. Nous avons par exemple invité en 2015 le Huelgas Ensemble, qui s’était fait rare en France et, en 2016, l’Ensemble Mala Punica qui se trouvait dans la même situation. Il en va de même cette année avec La Compagnia del madrigale, une formation absolument formidable. »

Skip Sempé s’est tourné vers un illustre modèle : « Le Festival Styriarte à Graz en Autriche m’a beaucoup inspiré. Nikolaus Harnoncourt y a toujours validé tous les programmes, même s’il n’en était pas le directeur artistique à proprement parler. Le Styriarte était clairement le festival du Concentus Musicus Wien, tout comme Terpsichore est le festival du Capriccio Stravagante et de l’Ensemble Masques auxquels s’agrègent des invités. » On ne s’en plaindra guère, devant les qualités de ces ensembles et de leurs invités. Pour cette édition 2017, citons le claveciniste Bertrand Cuiller (qui succède à Benjamin Alard ou Jean Rondeau), ou encore le contre-ténor Damien Guillon (ce fut l’an passé son confrère Valer Sabadus).

Les programmes proposés par Terpsichore se révèlent passionnants : « Je me suis intéressé à des musiques rares, comme les concertos à deux clavecins avec Olivier Fortin et Jean Rondeau, ou des programmes sacrés qu’on entend peu dans les églises. Je penche définitivement pour un festival de créations, avec des programmes le plus souvent montés spécialement pour Terpsichore. » Pour les amoureux des virginalistes anglais, Terpsichore est un paradis qui donne, par exemple, une ample tribune aux œuvres de William Byrd, auquel est par ailleurs consacré la première master class de la jeune histoire du Festival (16 septembre). D’autres compositeurs négligés y trouvent également droit de cité. Nous fêtons cette année Telemann : « Telemann est dans l’ombre de Bach et sa mauvaise réputation vient des Allemands eux-mêmes, qui ont souvent affirmé qu’il n’avait aucun intérêt comparé à Bach. Or on a trop souvent jugé Telemann d’après sa musique instrumentale imprimée pour des amateurs alors que d’autres partitions sont géniales. » Le concert avec Damien Guillon et l’Ensemble Masques en assènera la preuve.

Certes claveciniste, Skip Sempé n’entend nullement se cantonner au xviiie siècle : « J’aimerais beaucoup aller vers plus de musique médiévale. J’ai pratiqué ce répertoire quand j’étais très jeune, et la musique de Machaut, Dufay, Landini ou Cicconia me passionne. Il y a actuellement des musiciens obtenant des résultats magiques dans ce répertoire et j’ai très envie de les inviter. Et il ne faut pas oublier la polyphonie de la Renaissance, que nous avons donnée à plusieurs reprises avec le Collegium Vocale Gent. »

Assurément, Terpsichore ne ressemble à aucun autre festival parisien.

 

Yutha Tep

   

N°306
SEPTEMBRE - OCTOBRE 2017

21, rue Bergère
75009 Paris
01 48 24 16 97
contact@cadences.fr

Cadences est le magazine sur l’actualité des concerts de musique classique, opéra, musique baroque, musique contemporaine à Paris et en Ile-de-France diffusé gratuitement chaque mois à 50000 exemplaires aux entrées de concerts et en dépôt dans les lieux fréquentés des mélomanes. Il est aujourd’hui l’outil préféré des mélomanes parisiens avec son agenda des concerts, ses dossiers musicologiques et ses interviews d’artistes.

CALENDRIER

Ce soir

Le week-end prochain

Trouver un concert

ARTICLES

Ce mois-ci

 

ARCHIVES

Consulter un numéro

INFOS PRATIQUES

Quizz du mois !

Accès aux salles

Où trouver Cadences

S'abonner

Recevoir la newsletter

Annoncer un concert

Contactez-nous

Suivez-nous et laissez vos commentaires

 

Mentions légales