Portraits - Voix

Académie Jaroussky Jeunes Talents

Académie Jaroussky Partager sur facebook

Il n’est guère besoin de présenter l’académie musicale Philippe Jaroussky, lancée en 2017, qui ajoute une autre corde à l’arc du contre-ténor français décidément infatigable. Après une première promotion portant le nom symbolique de promotion Mozart, c’est la promotion Vivaldi qui s’affaire cette saison à la seine musicale.

Ces Jeunes Talents (leur appellation officielle) le font sous l’oreille bienveillante mais acérée de professeurs illustres, Geneviève Laurenceau (violon), Christian-Pierre La Marca (violoncelle) et David Kadouch (piano) et Philippe Jaroussky lui-même pour le chant. Si les bénéfices des master class sont immenses, l’épreuve du feu constitue naturellement une étape cruciale pour les Jeunes Talents et Philippe Jaroussky se fait un point d’honneur à leur procurer une occasion en or : « Avec la Promotion Mozart l’an passé, nous avons fait deux grands concerts avec orchestre : le premier a été une soirée Händel avec mon ensemble Artaserse, et le second s’est déroulé aux côtés d’Appassionato, la formation de Mathieu Herzog. L’idée principale est d’offrir aux membres de l’Académie la possibilité de se produire avec orchestre. C’est sans doute l’opportunité qu’un jeune artiste a le plus de mal à se voir offrir et c’est un exercice qui impose son propre et inestimable apprentissage, par exemple en terme de rigueur rythmique ou simplement de contact avec un chef ».

Chanter ou jouer avec Le Concert de la Loge dirigé par le violoniste Julien Chauvin constitue en soi une manière de récompense, avec des bienfaits multiples : « Cette rencontre entre musiciens « modernes » – je pense ici aux instrumentistes – et orchestre baroque me semble particulièrement intéressante. Les instrumentistes ont l’occasion rêvée d’aborder avec Julien Chauvin et son orchestre l’interprétation du répertoire baroque. On le sait, ce répertoire – avec Mozart – constitue un tremplin formidable. Plus profondément, il s’agit d’une école de la rhétorique en musique, il inculque la nécessité de l’expression et développe magnifiquement l’imaginaire et la conscience d’un musicien, ce qui constitue somme toute l’objectif de cette soirée et, plus largement, de la formation donnée par l’Académie. »

Découvrir de nouvelles vocations

Apprendre, tout en procurant à leur public un plaisir sans mélange, telle sera la mission des membres de l’Académie en ce 21 décembre. Un défi dont a parfaitement conscience Philippe Jaroussky : « Ce concert est un peu une folie, avec un programme très ambitieux. Pour sa part, le public va découvrir de nouveaux talents et j’ai, personnellement, toujours trouvé cela exaltant. Toutefois, nous n’avons pas voulu que le gala se transforme en une sorte de compétition entre les artistes et de ce fait, nous avons veillé à ce qu’ils jouent très souvent ensemble, avec par exemple dans des doubles, triples, voire quadruples concertos de Vivaldi ou Bach ».

Le programme de la soirée s’avère particulièrement plantureux, placé sous la double égide du « Prete Rosso » (Promotion Vivaldi oblige) et de Bach, qui d’ailleurs admirait grandement son confrère transalpin. Les Jeunes Talents ne seront pas les seuls sollicités : « Les professeurs vont devoir mouiller leur chemise, parce que l’une des lignes directrices de la soirée demeure tout de même de voir les jeunes artistes partager la scène avec eux. Je suis le premier concerné, d’ailleurs, car j’aurai le plaisir de chanter l’un de mes airs-signatures, Vedro con mio diletto de Vivaldi ». Les admirateurs de Philippe Jaroussky auront un immense plaisir à le réentendre dans cet air qu’il n’a plus abordé depuis plusieurs années.

Le grand concert du 21 décembre sera l’aboutissement d’une semaine de travail acharné, comme le rappelle Sébastien Leroux, directeur de l’Académie : « Pour chaque master class, nous mettons une centaine de places à la disposition des mélomanes qui veulent assister à la préparation du concert et explorer, si je puis dire, l’envers du décor. Il leur sera facile de s’informer car tous les deux ou trois jours, ils pourront découvrir, sur le site et la page Facebook de l’Académie, les jeunes musiciens qui vont se produire. » Les privilégiés qui auront accès à ces master class auront certainement la surprise de rencontrer les Jeunes Apprentis, âgés de 7 à 12 ans, dont l’enthousiasme n’a rien à envier à celui de leurs aînés. Car le travail de fond auprès des publics n’ayant pas un accès aisé à la musique classique, l’une des ambitions affirmées dès sa naissance par l’Académie Jaroussky, est une réalité qu’on ne saurait nier. La grande satisfaction de l’Académie a été de voir tous les bambins de la première promotion poursuivre leur trajectoire musicale cette année : « Les enfants sélectionnés l’an passé continuent leur formation, et ils sont rejoints cette année par 5 enfants supplémentaires. Nous avons l’ambition de faire de l’Académie un véritable lieu de rencontre et même de vie, dans lequel les enfants se sentent bien et les familles peuvent nous confier les préoccupations quotidiennes. Toutes nos familles sont allées très récemment aux Concerts du Dimanche matin de Jeanine Roze, et vont se rendre à plusieurs concerts de la Philharmonie. Il est très émouvant de les voir découvrir elles aussi une musique classique à laquelle elles n’avaient pas forcément accès auparavant. À notre petite échelle, nous essayons de faire tomber les barrières et nous sommes vraiment heureux de voir que les salles de concert nous font maintenant de très nombreuses propositions. »

Assister au concert du 21 décembre constitue de ce fait un acte de soutien à l’Académie, tout autant que la perspective d’une soirée où le plaisir musical régnera.

Yutha Tep