Dossiers - Dossier

Édition 2021 des Victoires de la Musique Classique 5 questions à Didier Martin

Édition 2021 des Victoires de la Musique Classique Partager sur facebook

Après une année terrible pour le spectacle en général et les concerts en particulier, les Victoires de la Musique Classique se tenant à Lyon le 24 février et retransmises en direct aussi bien sur France 3 que France Musique, résonneront d’une manière hautement symbolique. Cadences a posé quelques questions sur cette édition si particulière à leur président (par ailleurs, patron du label Outhere), Didier Martin.

Pourquoi avoir choisi de maintenir cette édition 2021 ? Sans doute est-il plus que jamais important que la musique classique soit présente sur les écrans, après l’annulation de tant de concerts « live ».

Il était fondamental de maintenir ce rendez-vous, même si l’on savait que les Victoires cette année seraient les plus « particulières » de leur histoire – elles sont nées en 1994 ! Toutes les parties prenantes – association des Victoires de la Musique, filière musicale française, France 3 et Radio France – se sont très vite mises d’accord pour que cette soirée se tienne. Les équipes des Victoires, sous l’impulsion de sa directrice artistique Anne Gubian, ont travaillé d’arrache-pied en élaborant des scénarios à géométrie variable en fonction des contraintes sanitaires, des voyages des uns et des autres etc… Sans oublier bien sûr la Ville de Lyon, l’Orchestre National de Lyon et son chef Nicolaj Szeps-Znaider qui nous accueillent au sein du prestigieux Auditorium Maurice Ravel. 

Quel a été l’audimat des éditions précédentes et l’objectif de cette année ?

L’émission a rassemblé 1,1 million de téléspectateurs l’année dernière. L’autre critère important pour les chaînes, c’est l’indice de satisfaction. Or, comme chaque année, les Victoires ont obtenu une note extrêmement positive en 2020 : 8,2/10. Nous essaierons de faire aussi bien cette année, voire mieux.  N’oublions pas les réseaux sociaux et les sites internet aussi bien des médias que des artistes, qui pourront relayer chaque séquence à volonté… La place de la musique classique à la télévision et dans les autres médias est un sujet complexe. Aussi, un « prime time » de qualité comme les Victoires constitue pour elle une grande opportunité. 

Quelle est la ligne principale de cette édition 2021 ? On parlera beaucoup de solidarité mais quels seront les autres thèmes ?

Au lieu de remettre une Victoire d’Honneur à un grand nom de la musique comme on le fait d’habitude, nous avons décidé d’honorer l’ensemble des musiciens français en remettant symboliquement une Victoires d’Honneur… et d’Avenir au Conservatoire National Supérieur de Musique de Lyon – notre ville hôte –, représenté par l’une ou l’un de ses élèves. Les Conservatoires français incarnent l’excellence de l’enseignement de la musique et constituent le vivier des futures générations.

Il était également important – peut-être encore plus que les autres années – de nommer des Révélations, les jeunes musiciens étant  particulièrement touchés par la crise. Les deux révélations pourront revendiquer ce label tout au long de leur carrière et profiterons du soutien du mécène historique des Victoires  de la Musique Classique, le CIC.

Par ailleurs, la soirée s’articulera bien sûr autour des nommés, qui pour la plupart seront présents et se produiront. Elle sera placée sous le signe de la diversité, avec du chant lyrique, de la comédie musicale, des concertos, de la musique contemporaine, de la musique baroque (la Cappella Mediterranea et Leonardo Garcia Alarcón), des instruments plus rares comme la guitare ou les percussions… Il y aura aussi quelques invités spéciaux, dont Jordi Savall qui nous fait l’honneur de venir célébrer le trentième anniversaire du film Tous les Matins du Monde. On entendra deux très grands chanteurs, le ténor Michael Spyres et le baryton Ludovic Tézier. Nous rendrons un hommage à Camille Saint-Saëns, mort il y a cent ans, avec le comédien et humoriste belge Alex Vizorek qui a écrit son propre texte sur la musique du Carnaval des Animaux. Et pour la deuxième année consécutive, une cheffe est invitée à diriger l’orchestre en résidence : la jeune vénézuélienne Glass Marcano, qui a enflammé le concours La Maestra à la Philharmonie de Paris en 2020, et donnera un mouvement d’une symphonie de Tchaïkovski.

Enfin, nous rendrons également hommage aux grands disparus de l’année écoulée (Ivry Gitlis, Gabriel Bacquier, Mady Mesplé, Christiane Eda-Pierre, Ennio Morricone....). 

Comment s’est effectué notamment le choix des artistes dans chaque catégorie ? Pour les Révélations, vocales ou instrumentales, l’entreprise s’est certainement révélée complexe.

À l’exception de la catégorie « Enregistrement de l’année »,  les choix pour les membres de l’Académie des Victoires se sont effectivement avérés des casse-tête en cette année de vie musicale ralentie. Je rappelle que l’Académie des votants comprend 300 professionnels – musiciens, compositeurs, agents, programmateurs, maisons de disques, journalistes –, auxquels nous avons ajouté en 2020 cinquante mélomanes qui se sont portés volontaires et ont été sélectionnés sur candidature par notre partenaire France Musique.

Concernant les Révélations, les 6 nouveaux talents ont été sélectionnées par l’Académie en novembre 2020 et ils ont donné un concert en janvier devant un jury, concert filmé qui a permis au public de voter sur internet, jury et public représentant chacun 50% des voix qui désigneront le lauréat de ce soir

Dans quel état est la musique classique – concerts et disques confondus – en France après cette année 2020 si terrible ?

La vie culturelle et les spectacles se sont arrêtés brusquement, instrumentistes, chanteurs, chefs, producteurs, agents, techniciens et tous les professionnels de la musique ont vécu une année très difficile, faite d’incertitudes, d’annulations en cascade, de problèmes pour subsister, malgré les aides de l’état… Nous espérons tous que 2021 marquera le renouveau et que le public aura à cœur de revenir dans les salles dès que celles-ci rouvriront !

La situation a été moins dramatique pour les maisons de disques puisque pour elles, tout ne s’est pas arrêté du jour au lendemain, même si la fermeture des magasins a fortement handicapé les ventes de disques. Les gens ont pu écouter nos enregistrements chez eux ou sur les plateformes de streaming, mais exister dans le déferlement de contenu numérique « home made » pendant le confinement, a été très compliqué… Et la hausse des revenus numériques n’a pas compensé la baisse des revenus du physique. Comme plusieurs gouvernements européens ont autorisé les répétitions et les captations sans public, beaucoup d’enregistrements se sont faits récemment, ce qui annonce un sacré « baby boom » de sorties dans les mois qui viennent.

Un mot sur le duo très attendu des présentateurs de la soirée ?

Un nouveau duo succède en effet à Leïla Kaddour-Boudadi, qui a présenté les Victoires à quatre reprises et Judith Chaîne, qui a officié deux fois, dans la foulée de Frédéric Lodéon, figure mythique de l’émission, qui avait décidé se retirer. Nouvelle équipe donc : on ne présente pas Stéphane Bern, infatigable ambassadeur de la culture populaire à la télévision, et Marina Chiche, productrice sur les ondes de notre partenaire France Musique. Marina est violoniste et pourra donc être en « sympathie » avec ses collègues sur scène et parler de la musique de l’intérieur ! Je sais qu’ils sont tous deux très fiers de présenter les Victoires. 

 

Propos recueillis par Yutha Tep

 

 

Le mercredi 24 février 2021 à 21h00 en direct sur France 3 et France Musique.

 

Site des Victoires de la musique classique

https://www.france.tv/france-3/les-victoires-de-la-musique-classique/