C’est la faute à Werther

Du 20 janvier 2022 au 5 février 2022
Salle Cortot
www.centredemusiquedechambre.paris

J. Pernoo (conception & mise en espace), L. Ispir (violon), P. Zientara (alto), J. Gray (violoncelle), I. Maiatsky (piano).

Jérôme Pernoo (conception & mise en espace)
Marianne Bécache (dramaturgie)
Camille Dugas (scénographie)

Lukas Ispir (violon)
Paul Zientara (alto)
Johannes Gray (violoncelle)
Ionah Malatsky (piano)


***

Lorsque Brahms crée son quatuor op. 60 avec piano, en 1876, l’ombre des Souffrances du jeune Werther, écrit par Goethe plus d’un siècle plus tôt, plane sur sa vie, comme sur la destinée d'une jeunesse bridée par la société et qui ne rêvait que d’harmonie et de beauté infinie. Un rêve inatteignable, que seul le suicide pouvait consoler. Brahms songe en effet à mettre fin à sa vie par amour pour Clara – veuve du grand Robert Schumann – qui vient de repousser sa flamme.

Le récit de Goethe ouvre la voie au Romantisme allemand. Friands d’imaginaires, d’esprit d’aventures et de paysages dans lesquels la nature tient une place primordiale, peintres, écrivains et compositeurs ont laissé libre cours à l’effervescence de l’émoi. Les Souffrances du Jeune Werther influence ainsi plus d'un siècle de musique que Jérôme Pernoo nous invite à traverser jusqu’à ce quatuor de Brahms longtemps surnommé le « Quatuor Werther ».

Réserver

S'y rendre

  • Salle Cortot
    78, rue Cardinet, 75017 Paris
  • Malesherbes
Consulter la map

Vous aimerez aussi

Chambre

Chambre

Duo L’Orbe Chambre

Duo L’Orbe

Debussy, Honegger, Saint-Saëns…

lundi 16 mai 2022 • 12h15
Musée de l'Armée

Restez connectés