Portraits d'artistes - Piano

Cédric Tiberghien sérénité et maturité

Cédric Tiberghien Partager sur facebook

Acclamé dans le monde entier et considéré en Grande-Bretagne comme l’un des pianistes les plus importants de sa génération, Cédric Tiberghien sera présent à paris pour un concert à Radio France et pour la mise en œuvre de nombreux projets, notamment pédagogiques.

Depuis son triomphe au Concours Long-Thibaud en 1998 à l’âge de 23 ans – récompense suprême pour un pianiste français –, Cédric Tiberghien, jeune homme romantique au pas élancé et à l’intelligence vive, s’est doté au fil des années sans brûler les étapes d’un répertoire très large concernant tout autant J.-S. Bach, Mozart, Beethoven (avec les 32 Sonates et les Variations), Chopin, Brahms, Franck, Debussy, Ravel, Bartók ou Szymanowski. En 2005, lauréat de la New Generation Artists de la BBC, il se voit proposer dans la foulée une série de concerts au Wigmore Hall à Londres, ce qui lui ouvre de nouveaux horizons, en particulier sur la conception de programmes à large spectre dans des configurations variées où le récital soliste côtoie la musique de chambre ou l’accompagnement vocal : « Cela m’a permis d’élargir mon champ de connaissances, d’entrer en contact avec d’autres musiciens. J’ai pu par exemple m’associer à la violoniste Alina Ibragimova, mon âme sœur avec laquelle j’ai entrepris des cycles complets de musique de Schubert, Beethoven et une intégrale des Sonates pour piano et violon de Mozart que nous avons enregistrée progressivement et achevée en 2018 pour le label Hyperion. »

Une appétence pour la musique française

Le répertoire français a toujours occupé une place de premier plan dans le panthéon de cet artiste élégant et subtil. Son premier enregistrement fut d’ailleurs consacré en 2000 à des pages de Debussy. Avec l’Orchestre National sous la direction du chef ouzbek Aziz Shokhakhimov – nouveau directeur musical et artistique du Philharmonique de Strasbourg –, il interprétera en avril à Radio France le Concerto en sol de Ravel : « C’est une œuvre que je joue depuis longtemps au même titre que le Concerto pour la main gauche. J’ai eu le privilège de participer à la Nouvelle Édition Ravel et d’analyser la partition du Concerto en sol ; une plongée en quelque sorte dans la dimension microscopique d’une œuvre. Il était difficile de consulter la partition originale qui appartient à la collection du Prince de Monaco, mais j’ai pu néanmoins en saisir les secrets sur les copies qui en ont été faites. Par rapport à l’édition Durand, j’ai pu constater, après un long travail, de notables différences, voire des erreurs à corriger. Cela m’a conduit à réfléchir sur les choix éditoriaux. Après la parution récente des Concertos de Félix Mendelssohn sur piano Bechtein avec François-Xavier Roth et Les Siècles, je vais graver chez Harmonia Mundi les deux Concertos de Ravel en resituant ces œuvres dans le contexte de l’époque tout en tenant compte des modifications apportées tant au niveau du piano que de l’orchestre. »

De nouvelles orientations

À Nîmes où il réside désormais dans son havre de paix entre deux tournées de concerts, Cédric se ressource au contact de la nature environnante qu’il apprécie de plus en plus par rapport à sa vie parisienne antérieure : « Je ne cherche pas à multiplier le nombre de concerts, et désormais j’éprouve davantage l’envie d’équilibrer ma vie familiale et mon activité professionnelle, une harmonie difficile à trouver lorsque l’on est sans cesse en déplacement. Certes, je poursuivrai les voyages prochainement au Brésil ou peut-être en Australie comme je l’ai fait jusqu’alors, mais j’essaie d’être le moins absent possible. Avec mon fils âgé de dix ans qui m’a convaincu de pratiquer l’escalade, je partage à présent le même enthousiasme et c’est aussi l’occasion d’avoir une activité commune. Cette expérience enrichissante nécessite un travail en profondeur de méditation et de concentration, finalement très proche de la profession de pianiste. » Ce joueur d’échecs passionné refuse de s’enfermer dans une catégorie ou une esthétique particulière et ne fixe aucune limite à sa curiosité avec une liberté de pensée concernant aussi bien la musique que le monde qui l’entoure : « Je n’ai pas l’ambition de me spécialiser comme le font d’ailleurs avec bonheur certains de mes collègues. Le répertoire pianistique est vaste et offre de multiples possibilités de découvertes. Je préfère créer des passerelles et réfléchir à de nouvelles propositions en associant par exemple dans un même concert Beethoven et Crumb, à l’image de ce que j’ai pu réaliser lors de cartes blanches à Londres au Wigmore Hall, mon berceau musical qui m’a laissé toute latitude pour présenter des programmes. » Il vient d’intégrer l’Académie Jaroussky à la Seine Musicale de Boulogne Billancourt pour enseigner le piano, ce qui est pour lui une nouvelle opportunité : « Je me réjouis de pouvoir transmettre ce que m’ont apporté mes maîtres et de faire partager pendant un an mon expérience à de jeunes musiciens français ou étrangers. Je sais la difficulté de la tâche qui m’incombe, mais c’est une occasion unique d’échanger et de communiquer d’une manière beaucoup plus décontractée que lors de masterclasses occasionnelles. » De nombreux projets attendent encore Cédric comme les tournées de concerts avec le baryton Stéphane Degout avec lequel il se sent en osmose et prépare une collaboration suivie avec Radio France : « Pendant ma résidence auprès de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg durant la saison 2014/2015, j’ai pu mieux me familiariser avec le fonctionnement de cette phalange et participer à de nombreuses activités pédagogiques, donner des concerts symphoniques et faire de la musique de chambre. Je compte dans l’avenir m’investir à Radio France dans des projets ouverts comme j’ai aussi pu le faire à Londres. » Le public aura ainsi l’occasion de mieux connaître ce musicien d’exception dont le jeu à la fois fluide et profond s’élève sur les plus hautes cimes.

 

Michel Le Naour

Du Tac au Tac

  • Votre bruit préféré ?

    Le bruit que font les vagues.
  • Le bruit que vous détestez le plus ?

    Le marteau piqueur.
  • La partition que vous auriez aimé composer ?

    Les Variations Diabelli qui rassemblent et résument tout ce qu’un compositeur peut réaliser sur le plan musical.
  • Le compositeur que vous souhaiteriez défendre ?

    Karol Szymanowski que l’on ne connaît pas encore suffisamment.
  • La personnalité qui a marqué votre vie ?

    Le grimpeur américain Alex Honnold pour sa capacité de concentration et la perfection de son geste.
  • Votre livre préféré ?

    La Femme qui attendait d’Andreï Makine pour le sens du récit et la vraie émotion qui se dégage du roman.
  • En quoi voudriez-vous être réincarné ?

    En arbre ou en plante sauvage.

3 CD

  • César Franck, Louis Vierne, Eugène Ysaÿe : Sonates pour violon et Poème Élégiaque

    César Franck, Louis Vierne, Eugène Ysaÿe : Sonates pour violon et Poème Élégiaque

    Avec Alina Ibragimova (violon) 1 CD Hyperion
  • Johannes Brahms Sonates op.120, Zwei Gesänge op. 91, Wiegenlied

    Johannes Brahms Sonates op.120, Zwei Gesänge op. 91, Wiegenlied

    Avec Antoine Tamestit (alto), Matthias Goerne (baryton) 1 CD Harmonia Mundi
  • Karol Szymanowski Masques, Métopes,  Études op. 4 et op. 33

    Karol Szymanowski Masques, Métopes, Études op. 4 et op. 33

    1 CD Hyperion